2014/09/07 – Triathlon de Gérardmer (distance Sprint) – 500m-20km-5km

Par défaut

Organisation



Les plus

Grosse ambiance pour une grosse organisation et un grand nombre de participant. Grand nombre d’amateurs, donnant un côté relax à l’épreuve. Parcours vélo fermé à la circulation.



Les moins

Organisation parfois TROP relaxe, absence de contrôle de sécurité à l’entrée du PAV, absence d’info par mail, absence de briefing, très moyen pour une épreuve de cette envergure. Récupération des vélos sur simple présentation du numéro inscrit au marqueur (là où Obernai et Kruth refusaient la même opération).





Introduction



Inscrit depuis presque 1 an, le triathlon S de Gérardmer devait être LE triathlon de l’année. Au moment de l’inscription, encore vierge de tout triathlon, j’avais opté pour le S en raison de la proximité avec le Marathon de Berlin (3 semaines plus tard) et de mes doutes sur mes capacités à l’époque à finir un triathlon M. Au fil de la saison j’ai rapidement regretté mon choix petit joueur en me disant que le M aurait été largement accessible, mais trop tard pour y prendre un dossard je me suis résigné à être raisonnable et me contenter de ce « petit » triathlon…



Sur les conseils (toujours avisés) de Guillemette, j’avais pris un hôtel au moment de l’inscription en prévision du départ matinal (8h) le dimanche matin. J’ai réussi à convaincre en dernière minute Fred de se joindre à moi. Le week-end s’annonçait donc super cool et sans grande difficulté.



La veille du départ je réalise que je n’ai eu aucun mail de confirmation de l’organisation. Appelée à ce sujet on m’indique que c’est parfaitement normal. Très moyen…



Après un voyage où j’ai manqué de peu de vomir mes tripes suite à un mal des transports, nous avons récupéré nos dossards et filé au resto italien réservé par Guillemette. Très bonne soirée, Vincent F. nous indique que l’eau est particulièrement froide. Ca commence bien. Préparation des affaires la veille et programmation du réveil à 6h20. Après une nuit moyenne et 150 gr de pain d’épices en guise de petit dej’ me voilà parti avec Agnès direction le PAV. Pas du tout réveillé je pose mes affaires espérant n’avoir rien oublié puis direction le départ, pieds nus sur un chemin de petits cailloux, idéal pour le réveil !



Au PAV on entre quasi comme dans un moulin. Exit la vérification des casques et bouchons, les bénévoles se contentent de noter le numéro de dossard sur l’épaule des concurrents.



Au point de départ l’ambiance est à son maximum, musique à fond et Jay Style qui hurle pour mettre l’ambiance. Un monde fou autant dans l’eau que sur les côtés pour regarder. L’eau n’est finalement pas si froide.




Partie natation



Le départ est donné hors de l’eau. Après avoir râlé sur les derniers rebelles ayant un doigt de pied dans l’eau, le départ est donné d’un coup de feu surprise sans aucun compte à rebours, c’est la débandade et je me fait embarquer dans la cohue. Je n’ai pas pu me mettre sur les côtés car trop de triathlètes y étaient déjà positionnés. L’eau est fraiche mais pas insupportable. Il me faut un moment avant de trouver un rythme correct. Je finis par me dégager de la foule avant la première bouée. Je favorise un maximum le 3 temps et donne un maximum d’énergie compte tenu de la courte distance à réaliser. Je sors 74ième de l’eau (sur 983 classés).



Rythme moyen : 1″42’ / 100m

Chrono officiel : 8″25
Tracé et statistiques




Première transition (T1)



Sortie de l’eau rapide et footing jusqu’à mon stand vélo. Je perds un temps fou à retirer ma combinaison et je réalise que je n’ai absolument pas préparé mes scratchs de chaussures, pas plus que les vitesses de mon vélo. Transition très mauvaise, c’est décidé pour la saison prochaine je ferais un travail spécifique sur ce point.



Chrono officiel : 3″00′





Partie vélo



Sortie du PAV je monte sur mon vélo et attaque à mon désormais habituel 40km/h d’échauffement. Je reprends encore quelques places que je n’ai pas eu à la natation. Comme pour Malterdingen je m’étais mis en tête un parcours plat pour ne surtout pas me brider et attaquer au mieux sur le plat (mon point fort). Malheureusement il n’y aura que 2 km de plat avant la première côte. Je m’accroche au mieux et donne le meilleur de ma nouvelle cassette 12-28 montée pour l’occasion par Cycles Motsch. Comme je l’avais constaté à l’entrainement au Geiswek, la combinaison 34-28 me permet de mieux monter dans les tours et d’être plus efficace sur les montées, résultat je ne passe pas sous les 13km/h. Après l’unique montée de 2km s’en suit une 15aine de km quasi ininterrompus de descente où j’envoie au maximum jusqu’à 63 km/h.



Le drafting est globalement présent tout le long, j’ai même vu un cycliste « gentiment » signaler les obstacles à ses poursuivants dans la fin du parcours. Forcément au vu des 0 arbitres croisés ils auraient eu tort de se gêner… L’absence d’arbitre m’étonne d’ailleurs vu l’envergure de la manifestation. Je termine le vélo avec le 85ième chrono.



Vitesse moy. : 33,6 km/h

Gain d’altitude : 169 m

Chrono officiel : 34″28′


Tracé et statistiques




Deuxième transition (T2)



La deuxième transition est à l’image de la première, après avoir oublié de retirer mes chaussure avant l’entrée du PAV, je pars dans la mauvaise direction en CAP. Les triathlons du matin, c’est pas pour moi.



Chrono officiel : 1″15′





Partie course à pied



Comme pour Fribourg et Malterdingen, le démarrage de la course à pied est assez fluide (bien plus que sur les M d’Obernai et Kruth). Je trouve rapidement un rythme sous les 4″30’ mais cette fois-ci aucun lièvre n’est à mon allure pour me maintenir, je vais donc devoir réaliser la course à pied au feeling. Je regarde le moins possible la montre. Je croise Fred et Guillemette au début du tour dont les encouragements confortent mon rythme soutenu. Je découvre avec un peu de surprise (j’ai encore une fois volontairement ignoré les recommandations, même si Olivier nous avait fait une séance spéciale Gérardmer le mardi même) le relief de la course à pied. Une bosse à franchir dans un sens puis dans l’autre. Je m’emploie au mieux pour ne pas perdre de temps dans la montée. Je croise Clément au pied de celle-ci qui semble être dans les 10 premiers, je l’encourage.



Les sensations sont bonnes mais j’ai l’impression d’être moins rapide qu’à Malterdingen. Je franchis la ligne en 24″34’ soit une seconde de moins tout juste qu’a Malterdingen, un nouveau record qui ne me positionne qu’au 127 rang des chrono càp, qui est donc l’épreuve qui m’aura le plus plombé.



Rythme moyen : 4″23′ min/km

Chrono officiel : 24″34′


Tracé et statistiques



Bilan



Passé la ligne d’arrivée, je suis frustré de la courte distance et de mes erreurs dans les 2 transitions, au final je n’égale pas le chrono de Fred de 2013. Même si j’ai fait une bonne course à pied je suis déçu de voir que c’est elle qui me fait perdre des places et me sort du top 100 qui était l’objectif. Une course avec malgré tout beaucoup de plaisir comme depuis le début de la saison, mais loin d’être parfaite et qui sent la fin de saison tellement elle aura été brouillon. Merci Fred et Guillemette pour les encouragements du bord de la route. Temps pour moi de me poser et de profiter du spectacle du triathlon M qui se déroule l’après-midi et d’aborder joyeusement le CLM par équipe de Colmar où il est prévu une ambiance « à la cool »…

Merci à Guillemette pour ces magnifiques photos !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *