2016/06/18 – Ironman 70.3 Luxembourg (duathlon) – 5km – 90km – 21,1km

Par défaut

http://tri.nicou.ch/wp-content/uploads/2017/09/

Organisation

Les plus

Organisation qualité « Ironman »

Les moins

Annulation de la natation (indépendante de la volonté de l’organisation)

Introduction

Avec un mariage prévu fin août, j’avais prévu dès le départ, une saison courte. L’objectif serait donc assez tôt dans la saison et imposerai une « préparation » plus courte. Sur les conseils de Xavier, nous nous sommes donc motivés avec Aurore et Fred à prendre un dossard pour ce qui serait le deuxième « half-iron » après Gérardmer et premier « labellisé » Iron.

Pour les non-initiés, quelques précisions à connaitre : « Ironman » est une marque mais également un format de triathlon qui se veut « le plus long des triathlons » (3,8 km de natation, 180 km de vélo, 42,195 km de course à pied). Il existe des « Ironman » non « labellisés » (non organisés par la marque), tout comme il faut savoir que la marque organise également d’autres formats de course.

Ici nous parlons d’un « Ironman 70.3 » aussi appelé « half-iron » qui correspond à la moitié d’un « Ironman » classique, qui, bien que difficile, reste plus accessible qu’un Ironman. « 70.3 » correspond à la distance cumulée des 3 épreuves en miles. Nous sommes donc sur 1,9km de natation, 90 km de vélo et 21,1 km de course à pied.

Avec la météo très pluvieuse du début du mois de juin, ma préparation a finalement été assez « light » surtout sur le vélo. J’ai mis l’accent cette saison sur la natation, pas forcément malin au vu de mes qualités, mais l’important restant le plaisir, j’ai privilégié ma discipline favorite !

Après 2 prises de repères relativement satisfaisantes à Obernai et Belfort, la motivation était « moyenne ». L’annonce de l’annulation de la natation en raison de la Moselle en crue (pluie incessante oblige), ne l’a pas vraiment renforcée. Ce serait donc un duathlon où la natation serait remplacée par 5km de CAP. La pluie annoncée pendant une partie de la journée, n’a rien arrangé…

Arrivés la veille, nous avons récupéré notre « package » et déposé le vélo et nos sacs de transition au PAV. Nous avons aussi fait nos traditionnels prévisions de course. Fred table sur moins de 5h voire 4h45. Sachant que nous tablions sur 1h de plus à Gérardmer 1 an avant, je trouvais la projection optimiste. A noter que nous sommes ici sur environ 500m de D+ contre 1800 à Gérardmer.

Course à pied 2

Le départ est donné en mode « free-style ». 5 coureurs partent toutes les quelques secondes, le chrono est lancé au moment du départ de chacun ce qui permet d’être au plus juste. A défaut de se regrouper dans la même vague Aurore part la première suivie de Fred. Je prends le départ dans la même vague que Xavier.

Partant pour un effort d’environ 5h, je décide d’en garder un peu sous le pied, même si les jambes répondent très bien après presque 2 semaines de repos. Je me sens globalement très bien sur cette première CAP.

Ce premier tour est aussi l’occasion de repérer ce qui sera notre parcours en 4 boucles pour le semi d’après vélo. Le tour fait au final 5,8 km à ma montre.

Rythome moy. : 4:17/km

Chrono officiel : 24:44

Première transition (T1)

Premier « arrêt technique » pendant cette transition, la partie alimentation/hydratation étant souvent décisive sur les épreuves si longues, c’est du temps investi pour la suite. Le PAV est gigantesque (2000 vélo pour autant de participants, c’est de loin mon plus « gros » « triathlon »).

J’emmène avec moi une veste de pluie, sachant que nous nous ferons forcément rincer à un moment ou un autre.

Chrono officiel : 2:41

Vélo

Le profil du parcours s’annonce intéressant : 35 km de plat total (en un aller-retour de 15 km), puis un relief type Kochersberg jusqu’au km 80 et de nouveau du plat jusqu’à l’arrivée. Parfait pour un mauvais grimpeur comme moi.

Je me cale dès les premiers km sur mon habituel 40 km/h et c’est parti pour 30 km de vitesse pure, mon bonheur ! Je reprends pas mal de monde, mais nous ne sommes pas dans la situation d’un tri où la natation aurait déjà nivelé, donc ça n’est pas très significatif. Ce premier tronçon est une vraie partie de plaisir, je termine les 20 premiers km de l’aller en 29 minutes soit plus de 40 km/h de moyenne. C’est après le demi tour que je réalise que nous avions un léger vent de dos, je fais donc le retour sur un 37-36 plus raisonnable. Dès les premiers hectomètres du retour j’aperçois un peloton à 200-300m (le drafting et donc les pelotons, sont interdits sur ces courses), que je rattrape progressivement. Arrivé à sa hauteur je fais l’effort pour le remonter au plus vite, mais je réalise vite que plusieurs des rouleurs présents s’accrochent. S’en suit un « jeu » désagréable de relances où les autres concurrents reprennent puis me laissent partir. Il me faudra bien 4 ou 5 km pour réussir à me défaire de cette logique qui pour le coup me fait mieux comprendre ceux qui pestent contre le drafting (pensée pour Eric S.).

La première montée démarre après un nouveau virage à 180°. Elle est assez courte et les jambes répondent encore très bien. C’est parti pour environ 40km de courtes montées-descentes entrecoupées de quelques rares portions de plat. Si ce n’est les averses régulières et assez violentes, ce second tronçon est très plaisant et permet de varier le parcours. Je mange mes deux barres prévues et absorbe un peu plus de 2 bidons de 750 ml. Pour raison inconnue, je déraille dans une descente, mais j’arrive à recaler ma chaine sans arrêt quelques secondes avant d’avoir à m’arrêter. Ouf…

Les 10 derniers km de plat sont plus poussifs et je commence à sentir la fatigue.

Vitesse moy. : 34,7 km/h

Gain d’altitude : 548 m

Chrono officiel : 2:33:49

Deuxième transition (T2)

RAS

Chrono officiel : 3:29

Course à pied 2

C’est en partant sur la course à pied que je réalise que j’ai peut-être un peu trop « envoyé » sur le vélo. Physiquement un peu entamé et psychologiquement pas prêt pour courir encore presque 2h en aller-retour, je me lance avec une motivation relative. Heureusement le parcours monotone, permet de croiser Fred et Xav, devant puis Aurore qui me suit à distance. Je tiens malgré tout un rythme sous les 5:00 / km sur les neuf premiers km. Je réalise cette première moitié de course dans les pas d’une certaine « Pauline » qui fait un parfait lièvre et que je tente de relayer dès que je le peux.

A partir du 10km je commence à avoir des douleurs digestives qui me font ralentir le rythme. Je prends sur moi pour maintenir le rythme, mais au 12ème km je suis contraint à un arrêt de 4 min.

Celui-ci me permet de récupérer et je repars plus en forme. Je termine la CAP dans un chrono malgré tout correct.

Rythome moy. : 5:14/km

Chrono officiel : 1:49:47

Bilan

Ce triathlon qui devait être l’objectif de l’année transformé en duathlon me laisse sur ma faim et conclut une saison de « transition ». Après une belle réussite sur le XL de Gérardmer, je me suis reposé sur mes lauriers pour réaliser une saison 2016 en retrait. Pour mieux me relancer en 2017 ?…

Classment scratch : 531/1919

Classement GA : 62/127

Classement cap 1: 442

Classement vélo : 391

Classement cap 2 : 646

Chrono total officiel : 4:54:30

Tracé et statistiques

Résultats en ligne

http://tri.nicou.ch/wp-content/uploads/2017/09/20160618 – Ironman 70.3 Luxembourg.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *